Dunant

Dunant

HENRY DUNANT, 1828-1910

adepte de la Société évangélique

fondateur de l’UCJG de Genève

secrétaire de l’Alliance évangélique

fondateur du CICR

prix Nobel de la paix

Ses engagements

Religion
Animé d’une foi intense, Henry Dunant fonde l’Union chrétienne de jeunes gens de Genève avec quelques amis. Au-delà des clivages entre les Eglises, il s’efforce d’éveiller, chez ses jeunes contemporains, engagement personnel et respect de l’autre. Genève, 1852.

Humanitaire
Après s’être lancé dans des affaires téméraires en Algérie, il est confronté, par hasard, aux horreurs de la guerre. Il improvise des secours après la bataille de Solferino. Tutti fratelli : “Nous sommes tous frères” face au malheur, répète-t-il après les femmes de Castiglione. Genève, 1859 et 1862.

Un homme à terre, même un ennemi à votre merci doit être respecté quelles que soient sa nationalité, sa religion, la couleur de sa peau, ses convictions. Voilà une des pierres angulaires de la Croix-Rouge qu’Henry Dunant fonde grâce au Comité international de secours au militaires blessés, futur CICR. Genève, 1863.

Il préconise la protection des prisonniers de guerre. Londres, 1872.

Féministe même s’il croit en une société patriarcale, il tente de lancer une Croix-Verte qui serait, pour les femmes meurtries et pour les familles en péril, ce qu’est la Croix-Rouge pour les militaires blessés. Zurich et Bruxelles, 1890-1900

Culture
Plongé lui-même dans la misère, il essaie de promouvoir une Bibliothèque internationale universelle pour que les cultures de la planète entière apprennent à se connaître au lieu de se jalouser. Trente ans plus tard, il s’enthousiasme pour l’espéranto, véhicule commun qui aide les peuples à se comprendre. Paris, 1867.

Pacifisme
Devant le Social Science Congress de Plymouth, il développe les avantages de l’arbitrage international, malgré le camouflet infligé à la Grande-Bretagne par le tribunal arbitral de l’Alabama. Plymouth, 1872.

Reclus dans un modeste hôpital de district, il milite pour les délaissés du progrès, contre la course aux armements et toute forme de conquête violente. En 1901, le premier prix Nobel de la paix récompense le vieillard infatigable. Heiden, 1892-1910.


NB : comme il existe un site www.shd.ch géré par la Société Henry Dunant, le présent chapitre du site Genève humanitaire se limite aux aspects culturels et religieux d’Henry Dunant, ainsi qu’aux relations de ce dernier avec les autres acteurs présentés sur le site de Genève humanitaire.